PRESENTATION   GALERIE PHOTOS   ARTICLES DE PRESSE ET TEXTES   TEXTES CHANSONS   CONTACT  LIVRE D'OR  
 
 Recherche

 Newsletter




Abonnez-vous !
Ajoutez votre Email ici !

 

 "Si nous avions une fantastique comme nous avons une logique, on découvrirait l'art de découvrir".

                                                                                           NOVALIS.


Michel Keutiens, le visionnaire

influencé par Dali et le surréalisme, Michel Keutiens s'avoue aussi marqué par le réalisme magique ou le rêve symbolique du peintre méta-réaliste hollandais Johfra.

Cela donne une peinture ample ou le classicisme de l'exécution se met au service d'une inspiration fantastique certainement, mais aussi majestueuse dans le mouvement qu'engendre un décor où le dialogue  des élements peut, par une sorte de symétrie analogique, donner naissance à l'expression humaine, ainsi que tendrait à le montrer le tableau précisément intitulé "Naissance de la littérature".

A travers des grottes marines qui évoquent celles, tout aussi mythiques, dont Baudelaire voyageur nous a transmis la vision, éclatent des pans de lumière bleue qui révèle un monde originel et mystérieux dont la froide pureté indique que l'homme n'y a pas encore marqué son empreinte. Tout est là pour l'attendre, même les livres déjà qui exprimeront sa pensée, mais aussi labeauté de cette création sur laquelle le peintre lève un coin du voile et que nous seuls, spectateurs privilégiés par l'artiste visionnaire, pouvons apercevoir en une sorte de pénétrant raccourci de l'histoire du monde.

Albert MOXHET.



On raconte que parfois la nuit insuffisante et mécanique
cherche l'âme nécessaire à ce qu'elle soit.
Elle poursuit dans l'urgence de ces heures finies
les poètes égarés au seuil de leur maison.
Ils rêvent à haute voix,
Ignorant qu'on ne les entend pas.
Michel Keutiens se dit :
J'ai trois sous de clarté,
quelques heures à venir
et mes mains qui tremblent et ma peur.
 
 
Je dépouillerai cette lumière de ces chemins obligés,
de ces accoutrements de peu.
Je soulignerai le détail de son bleu secondaire,
ce petit fond de misère qui la rend boîteuse et humaine.
Je dirai les pluies, les regards, qu'elle avait rencontrés.
En empruntant les obliques d'un tombeau ou d'un soleil commencés,
elle prendra son élan fort et sa musique.
Alors peut-être,
les hommes m'appelleront-ils leur frère.

Eric LEDENT.





Michel Keutiens - E-mail: info@michelkeutiens.beVisiteurs : 111353
| PLAN DU SITE | IDENTIFICATION | Powered by Imust.be   Verviers